Jour de vote : Dans la peau d’un député…

Synopsis : « Vous vous êtes souvent dit : à leur place, je ferai mieux. En êtes-vous vraiment sûr ? »

Dans la peau d’un député. Jour de Vote  propose à l’internaute de vivre la première journée dans l’hémicycle d’un nouvel élu français, du réveil jusqu’à un vote en séance plénière.
A la première personne, le webdocumentaire commence par un réveil matinal. Le député-internaute découvre ensuite son assistant parlementaire d’un jour, Nicolas Lepers. Devant le 126 rue de l’université, celui-ci lui propose de rencontrer un futur collègue. Premier choix pour l’internaute ; neuf autres suivront.
A 8h30, un rendez-vous est organisé avec  Philippe Gosselin (UMP) ou Jean Dionis du Séjour (Nouveau centre). L’occasion d’un premier contact avec l’Assemblée Nationale. Philippe Gosselin joue les guides touristiques, alors que Jean Dionis du Séjour s’attarde plus sur la loi qui sera voté le soir même : une loi fictive, « Alexandrie Alexandra », qui a trait au partage des fichiers musicaux sur internet. Cette loi libéraliserait les échanges, créerait une banque de données nationale et libre d’accès, et rémunèrerait les artistes en taxant les FAI.
Les neufs rendez-vous suivants sont du même ordre. Chacun est un choix entre deux sensibilités divergentes. Quel que soit la trajectoire de l’internaute, il se retrouvera dans l’hémicycle à 19h30, pour voter la loi Alexandrie.
Au fil de la journée, le député rencontrera, entre autres, Bernard Accoyer, Frédéric Mitterand, le rappeur XX, ou passera un peu de temps dans sa circonscription. Il aura aussi l’occasion de découvrir les coulisses de l’Assemblée Nationales.

Note d’intention :

Jour de Vote propose aux internautes de découvrir l’Assemblée Nationale de l’intérieur, dans la peau d’un député fraichement élu. Pas simplement spectateur, chacun devra s’impliquer en faisant plusieurs choix au cours de la journée, jusqu’au moment fatidique du vote.

Jour de Vote est un webdocufiction immersif, tourné à la première personne. Son but est de proposer à ceux qui le veulent de s’essayer au métier (car c’en est un) de député. De manière provocante, il s’adresse à tous ceux qui sous-estiment le rôle et l’implication des élus français.

La complexité de la tâche sera rendue par une succession de choix, correspondants à neuf rendez-vous différents avant le vote. Députés, lobbyistes et artistes se succèderont au côté de l’internaute. Celui-ci sera encadré par un assistant parlementaire, qui l’accueillera et lui présentera les options qui s’offrent à lui. A côté du travail politique, le webdocumentaire sera aussi l’occasion de découvrir les coulisses de la vie de député, tous ces lieux du pouvoir accessibles uniquement aux initiés.

Différents genres de web-journalisme…

Flash journalisme : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/
 
Talk journalisme : le 02 octobre sur 20minutes.fr
 
Blog journalisme : par exemple, sur l’Égypte : Egyptianchronicles
 
Live journalisme : le dernier débat Obama-Romney en live sur le Huffington Post
 
Data journalisme : l’influence dans la blogsphère tunisienne, visualisée.

Exercice de discernement

Article choisi : En faisant des recherches sur les salles de ventes aux enchères chinoises, je trouve cet article.

Site : 32/40

  • Decanter.com est un site d’information, d’abord un magazine nous explique la section about, dédié à l’univers du vin. Le magazine serait lu dans 90 pays. La forme du site, et les mises quotidiennes laissent croire qu’il s’agit en effet d’un site important. → 9/10
  • L’auteur est clairement affiché, mais sans profil ou notice indiquant qui il est. → 8/10
  • Une rapide recherche sur Richard Woodard permet de se rendre compte qu’il est compétent pour parler de l’actualité du monde du vin. → 8/10
  • Le site est complet, mis à jour régulièrement. C’est apparemment un portail qui produit ses propres contenus, et reprend les articles d’autres sites. Le thème de l’article est cohérent avec le site. → 7/10

Contenu : 23/30

  • Le document date du 2 juin 2009, l’information est clairement affichée. Il n’y a pas eu de mises à jour, mais puisqu’il s’agit d’un fait, elles n’étaient pas nécessaires. → 8/10
  • La finalité est claire. L’article s’adresse à un public amateur de vin, curieux. → 7/10
  • L’article est clair et complet. De nombreux chiffres l’illustrent (ce qui a son importance puisqu’il parle du monde des enchères. Les citations sont nombreuses. → 8/10

Pertinence : 20/30

  • De nombreux liens sont présents sur la page, uniquement vers d’autres pages de decanter.com. → 5/10
  • Les liens sont néanmoins pertinents puisqu’ils renvoient vers des articles concernant le monde du vin. → 7/10
  • Whois nous apprend que le domaine date de 1996. Il est possible de contacter l’administrateur de différentes manières : mail, téléphone ou courrier. → 8/10

Bilan : 75/100

Selon la méthode de discernement appliquée (en croisant celles de Cornell et Berkeley), l’article trouvé est sure, digne de confiance.

Recherche comparée

   Je me pose des questions sur la présence de 3 canons fichés verticalement dans les rochers, à l’entrée du vieux-port. Un pécheur rencontré sur place sait seulement qu’il ont été placé là pendant le premier empire, sans en connaître la raison.

   Pour cette recherche assez fine, j’élabore un ensemble de mots-clés :

« canons – Vieux-port – Entrée – Napoléon – Marseille »

   D’abord les résultats de Google : Les résultats qui s’affichent sur les premières pages, les plus populaires, ne répondent pas à mon interrogation. L’ensemble de mots-clés que j’ai choisi recouvrent des résultats généralistes, des pages destinés aux touristes qui résument l’histoire de Marseille en quelques paragraphes. Elles sont donc souvent consultés et offrent tous les mots-clés demandés. Plusieurs pages détaillent une anecdote historique : la frégate anglaise La Sartine, qui coula à l’entrée du port, et à l’origine de la phrase « La sardine qui a bouché le vieux-port ».. Cette histoire reprend tous les mots-clés, sauf Napoléon, mais elle est souvent consultée. D’autres pages plus confidentielles, se voulant historiques, sont aussi présentes. On y retrouve mes mots clés sur plusieurs paragraphes sans aucune explication sur l’anecdote qui m’intrigue.

   Exalead offre des résultats différents : on retrouve des pages de même type que via Google, mais aussi des blogs, ou des pages perso reprenant des résultats historiques ou offrant des fictions. Surtout là où Google affichait « 1 020 000  résultats », Exalead en propose 54 et ceux-ci sont plus variés (au moins explorables facilement). Sans m’apporter de réponse, Exalead permet au moins de découvrir facilement des vieilles vues de Marseille…

Les résultats d’Ask sont encore différents. Exalead proposait surtout des résultats sur Marseille, Ask insiste surtout sur l’aspect « Napoléon » de la recherche. Les 2 moteurs de recherche, à la différence de Google, sont exempts de pubs (une unique publicité discrète pour Ask, en bas de page, sous la forme d’un lien pour Excite). Sur Ask, beaucoup de résultats encyclopédiques, mais toujours pas de réponse à ma question.

Pour une recherche historique et en français, Socialmention n’apporte rien (si ce n’est que je découvre l’existence de videobooks sur la chaîne youtube de CCProse). De la même manière, whostalkin n’offre pas de résultats.

L’essentiel des recherches sur Keotag n’apporte rien. Seul Windows Live offre des résultats, le premier est un pps sur l’histoire de Marseille, riche en illustrations et en explications historiques, mais qui ne répond toujours pas à ma recherche. Via Youtube, je suis redirigé vers la vidéo que Socialmention me proposait.

Pas de résultats non plus sur Wasalive. La recherche est trop spécifique. Si la réponse existe sur internet, elle doit être enfouie dans le web profond et n’est pas accessible facilement.

Les progammes des différents candidats à la présidence de la république.

Contenus spécifiques :

Contenus non-spécifiques :

Julien Giry